Art public, sites et cultures numériques: flux d’images et vie(s) des oeuvres
Archiver le présent
Appel à communications
05 octobre 2018

Art public, sites et cultures numériques: flux d’images et vie(s) des oeuvres
29-31 mai 2019
Université de Montréal, Montréal

Les interactions entre les différentes déclinaisons de l’espace public, lieux physiques et situés ou cyberespace, sont désormais abondantes et incontournables; à tel point que ces espaces doivent se comprendre comme étant en prolongement les uns des autres, comme les parties communicantes d’une même réalité. Suivant ce modèle, celui de la connexion et de la circulation, les liens entre l’art et les images photographiques se font abondants et absolument cruciaux. Grâce à des chaines formées par l’action conjuguée des technologies numériques (les images autant que tout ce qui assure leur circulation) et du travail d’un certain nombre d’agents humains, n’importe quelle oeuvre (même la plus mineure ou anonyme) peut donner lieu à des cascades d’images, par lesquelles l’objet (premier, original) conserverait son individualité mais serait tout à la fois sans cesse défini et redéfini par ses relations multiples (Menger, 2013), ce qui serait susceptible de lui assurer la notoriété. Les images en effet s’enchainent les unes aux autres, conduisent les unes aux autres, en des flux constants et constamment renouvelés et c’est par elles que le monde s’assemble, dans la «relation profonde et inextricable qu’entretient chaque image avec toutes les images déjà produites, la relation complexe de kidnapping, d’allusion, de destruction, de distance, de citation, de parodie et de lutte» (Latour, 1989). Ainsi des connexions se forment, par les images, entre oeuvres et acteurs, sites et situations des oeuvres, espace public urbain et cyberespace; tout cela composant des trajectoires qu’il importe d’examiner: «se demander ce qu’est une chose, c’est se demander quel chemin elle a parcouru hors d’ellemême» (Baricco, 2014).

La reproduction photographique d’oeuvres d’art n’est pas un phénomène nouveau et l’on réfléchit son action depuis Benjamin, voire depuis les chroniqueurs du 19e siècle, mais l’accélération apportée par le web participatif engage à en discuter encore, à partir de trois perspectives convergentes, et c’est ce que nous proposons pour ce colloque: celle du «public» – les publics et ce qui est public –, celle du site et celle de l’image (photographique). Les oeuvres d’art à l’étude, produisant une vaste activité dans le web, seront celles qui prennent place – s’y ancrent, à demeure – ou qui ont lieu – (s’)y passent, s’y présentent – dans l’espace public (urbain).

Partant du constat d’une absolue interdépendance, à l’ère numérique, entre les oeuvres d’art et la photographie, ce colloque propose de vérifier jusqu’à quel point l’image en circulation est devenue un élément significatif pour la visibilité, la (sur)vie et la notoriété des oeuvres, en analysant la faculté d’activation de correspondances entre espace urbain et cyberespace qu’elle possède, et aussi d’évaluer si cette réciprocité qui trace, pour les oeuvres d’art, une géographie inédite, signale une démocratisation ou une forme singulière de rapprochement entre art légitime et publics peu spécialisés. De même, considérant l’importance de la propagation de leurs images, il faut reconsidérer les régimes spatio-temporels des oeuvres d’art. Il est également pertinent d’interroger les pratiques des communautés de photographes-amateurs-internautes, afin de voir si elles permettent ou facilitent l’éclosion d’un certain activisme artistique.

Les liens, passant par l’image, entre espace public urbain et cyber-réseaux sont au fondement d’un jeu d’échanges public-artistes qu’il reste à décrire. Il s’agira donc d’examiner divers phénomènes artistiques, mettant en relation les oeuvres d’art, l’image au sens large – image des villes, image des institutions, etc. –, la photographie au sens plus strict et l’espace public dans sa diversité.

Les approches:

  • L’art public et l’image des villes
  • #publicart, #artpublic: les oeuvres d’art public et leurs vies numériques
  • Emplacement/déplacement: les pratiques furtives, les micro-interventions et leur nécessaire documentation photographique
  • Amateurs: l’importance de la pratique photographique dans la formation des publics de l’art aujourd’hui
  • Domaine(s) et objet(s) public(s): les réciprocités artistes/amateurs et l’usage de photographies d’amateurs par les artistes

Ces objets de réflexion correspondront aux axes du colloque.

Chercheurs, professeurs-chercheurs, doctorants, et artistes, professionnels de l’art public et de l’aménagement, sont invités à soumettre une proposition. Les communications, d’une durée de 20 minutes, pourront se faire en français ou en anglais.

Modalités pour soumettre une proposition:

  • Les propositions doivent inclure les éléments suivants: un résumé de la communication d’environ 300 mots, une brève bibliographie, une note biographique d’environ 150 mots. Veuillez également indiquer dans quel axe s’inscrit la proposition.
  • Date limite pour soumettre une proposition: 5 octobre 2018
  • Les propositions, rédigées en français ou en anglais, doivent être transmise à l’adresse artphotosites@gmail.com.
  • Les avis du comité de sélection seront transmis aux auteurs à la mi-novembre.

Comité scientifique (partiel: à compléter):

Ruth Fazakerley, University of South Australia
Pauline Guinard, École Normale Supérieure, Paris
Suzanne Paquet, Université de Montréal
Josianne Poirier, Université de Montréal
Laurent Vernet, Bureau d’art public de Montréal

Références:

Pierre-Michel Menger (2013). «Une analytique de l’action en horizon incertain. Une lecture de la sociologie pragmatique et interactionniste» dans Pierre-Jean Benghozi & Thomas Paris (dir.), Howard Becker et les mondes de l’art, Paris: Les éditions de l’École polytechnique, p. 154.

Bruno Latour (1989). «Iconoclash», Sur le culte moderne des dieux faitiches suivi de Iconoclash, Paris: La Découverte, p. 189.

Alessandro Baricco (2014). Les barbares. Essai sur la mutation, Paris: Gallimard, p. 117.