Oeuvre hypermédiatique
Tentative d'épuisement de Tentative d'épuisement d'un lieu parisien de Georges Perec

Tentative d'épuisement de «Tentative d'épuisement d'un lieu parisien» de Georges Perec est une oeuvre qui reprend intégralement le texte de Perec en y ajoutant de nombreux hyperliens. Fidèle au projet perecquien de l'épuisement du réel, de Jonckheere en offre une version hypermédiatique en doublant l'exploration du réel d'une exploration de l'espace Web. En effet, chaque hyperlien de l'oeuvre renvoie à une page Web qui est toujours en lien avec le signification du mot hyperlié. Certaines URL mènent à d'autres oeuvres du Web, alors que d'autres mènent à des sites commerciaux.

Relation au projet: 

Cette oeuvre est une tentative d'épuisement du texte original de Georges Perec, «Tentative d'épuisement d'un lieu parisien», par l'ajout d'hyperliens aux mots de Perec. Curieusement, si les lieux qu'a décris George Perec, en 1975, ont peu changés, les liens choisis par De Jonckheere sont soumis à une obsolescence rapide du web. En effet, Tentative d'épuisement de «Tentative d'épuisement d'un lieu parisien» commence peu-à-peu à se défaire au rythme des mises à jour des pages web: certains hyperliens comme ceux associés à «salade (frisée ?)» et « des bancs, des bancs doubles avec un dosseret unique.» renvoient à des pages vides ou d'erreur, illustrant l'évolution d'Internet depuis la mise en ligne de l'oeuvre. Bien que l'oeuvre hypermédiatique de Philippe De Jonckheere est un hommage réussi à l'oeuvre originale de Perec et actualise le texte, le faisant passer d'une tentative d'épuisement du lieu à une tentative d'épuisement du dispositif, sa disparition progressive nous rappelle les défis recontrés lors de l'archivage d'oeuvre numérique vis-à-vis celle d'artéfacts physiques.

Citation: 

Il y a beaucoup de choses place Saint-Sulpice, par exemple : une mairie , un hôtel des finances , un commissariat de police , trois cafés dont un fait tabac, un cinéma, une église à laquelle ont travaillé Le Vau Gittard Oppenord Servandoni et Chalgrin et qui est dédiée à un aumônier de Clotaire Il qui fut évêque de Bourges de 624 à 644 et que l'on fête le 17 janvier, un éditeur , une entreprise de pompes funèbres, une agence de voyages, un arrêt d' autobus , un tailleur, un hôtel , une fontaine que décorent les statues des quatre grands orateurs chrétiens Bossuet Fénelon Fléchier et Massillon ) , un kiosque à journaux, un marchand d'objets de piété , un parking, un institut de beauté, et bien d'autres choses encore.